Covid-19 – Confinement suite

Nota bene :
Les jours se suivent et se ressemblent. Vous êtes quelques-uns à avoir lu mes 2 derniers articles et je vous en suis extrêmement reconnaissante.
Ce qui suit n’est pas franchement rigolo, ni même intéressant, mais ça me permet de mettre des mots sur mes maux et de pouvoir m’en souvenir plus tard (si Dieu me prête vie d’ici là, HA !).

Dimanche 22 mars 2020 – 7ème jour de confinement
Mince, comment avons-nous fait pour ne pas savoir qu’il y avait une fête au balcon la veille à 18h00  ? Pourtant, on a bien entendu la musique dehors à fond.
Puissions-nous être encore vivants et bien portants samedi prochain pour y participer, avec notre musique cette-fois-ci !

La bonne nouvelle du jour ?
Enfin je n’ai pas eu à sortir de chez moi, premier jour « normal » de ce confinement. J’ai aussi fait un succulent gâteau aux pommes.

Lundi 23 mars 2020 – 8ème jour de confinement
Encore un matin où je dois me lever pour aller au bureau. Je trouve la vie injuste et je suis en colère. Un membre de la direction me voit arriver, me salue et me reproche de ne pas avoir le sourire aujourd’hui. Je n’ai pas envie de parler et je vais éviter de lui dire ce que je pense.

Encore de permanence téléphonique ce matin, les collègues se font de plus en plus rares et on ne sait toujours pas pourquoi ils ne sont pas là. Mais évidemment, nous parlons entre nous et sous savons que certains ne viennent pas car ils ont tous les symptômes. Génial, c’est pas comme si j’avais croisé deux de ces femmes au WC vendredi, où l’application de la règle de distance sociale obligatoire est simplement impossible. Bref, je me fais engueuler au téléphone par un sombre connard car je ne peux pas le renseigner. Le mec n’a pas appelé le bon numéro, il ne comprend pas qu’il est au mauvais endroit et me dit que « c’est à cause de gens comme vous que la Suisse va sombrer ». Merci gars !

La bonne nouvelle du jour ?
Il y a moins de gens dehors que la veille, les gens ont peut-être enfin compris la nécessité de rester enfermés pour le bien de la population.
Si seulement je pouvais moi aussi rester enfermée.

Mardi 24 mars 2020 – 9ème jour de confinement
Encore un matin, un matin pour rien !
Sur le chemin, on slalome entre les crachats et les poubelles pas encore levées par la voirie.
Au bureau, le travail s’accumule et les absents se font encore plus nombreux. Je traite les papiers de la pelle de gauche, c’est la pelle de droite qui se rempli encore plus vite. Une histoire sans fin.
Entre collègues, une solidarité s’est installée. Quand quelqu’un part faire 2-3 courses à la Migros du coin, il se propose de faire les courses pour tous les autres, c’est sympa, drôle et cocasse à la fois.

Mercredi 25 mars 2020 – 10ème jour de confinement
Je me rends compte que je n’ai rien à raconter, que les jours se ressemblent et que la vie, en plus d’être anxiogène, est devenue totalement ennuyeuse.
Ce soir en rentrant on découvre que l’aire de jeux du parc d’en bas est condamnée, peut-être cela convaincra les plus téméraires d’enfin rester chez eux.
Tiens j’y pense, je passe du coq à l’âne mais il va falloir que je m’occupe des billets d’avion achetés il y a des mois pour nos vacances à Amsterdam en avril et Héraklion en juillet…

Jeudi 26 mars 2020 et vendredi 27 mars 2020 – 11 et 12ème jour de confinement
On continue d’aller travailler et on explore un peu plus les tréfonds de Netflix tous les soirs. Les parents vont bien, la famille va bien, les animaux vont bien, nous allons bien. Quoi demander de plus ?

Samedi 28 mars 2020 – 13ème jour de confinement
Un week-end toujours aussi ennuyeux que les autres jour. Je suis pourtant quelqu’un de très casanier mais purée ce que ça me manque de ne pas pouvoir me mouvoir à ma guise en ville.

Je suis allée amener des commissions à mes parents. J’ai mis un masque, j’ai posé le sac et je suis partie. C’est triste mais c’est comme ça. Mon papa, personne à risque et avec l’interdiction formelle de sortir de chez lui commence à s’énerver. Au téléphone, il compte le nombre de gens assis dans le parc d’en bas, 16 ! « Et pendant ce temps-là, moi je ne peux pas sortir ». Il fait 19° et le soleil tape.

18h, on attend « la fête au balcon », rien, nothing, nada, zéro, personne ne fête. On ne rigole plus vraisemblablement.

19h30, on apprend au téléjournal qu’en plus du manque de masques et autre matériel nécessaire au personnel médical (parfois existants mais bloqués à la frontière par nos chers amis européens), la Suisse (et vraisemblablement pas qu’elle) va arriver bientôt à bout de ses stocks d’anesthésiants. Formidable ! En fait on vit dans le tiers-monde, c’est une honte !

photo de 20min.ch

Dimanche 29 mars 2020 – 14ème jour de confinement
Purée, on a changé d’heure cette nuit, il nous manquait plus que ça.

Un polémique apparait sur Instagram et certaines personnes râlent contre celles qui commandent en ligne toujours autant voir plus de choses et que les services postaux et de livraisons sont surchargés. Ce n’est pas cool disent-elles.
Le soucis c’est que depuis les mesures tardives de confinement, chaque marque, chaque magasin, chaque petite enseigne nous bombarde de mails quotidiens nous rappelant qu’elles et ils sont ouverts et nous proposent des codes rabais tous plus fous les uns que les autres. On nous demande également d’aider les petits indépendants en achetant chez eux, alors quoi faire ?
Pourtant, et comme je l’ai dit sur les réseaux sociaux, je n’ai vu PERSONNE râler directement contre La Redoute ou Zalando, ou XYZ pour leur demander d’arrêter de nous pousser à acheter. Ces gens ont certainement peur de ne plus être appelés à une collaboration dans le futur. Je peux le comprendre, mais dans ce cas, il faut être cohérent jusqu’au bout non ?
Soyons honnêtes, le problème aujourd’hui c’est pas les gens qui commandent mais les employeurs comme la Poste, DHL, DPD et j’en passe qui ne protègent pas leurs employés et ne leurs donnent pas les moyens de travailler en toute sécurité.
De par mon travail je suis en première ligne pour voir les dégâts économiques que cela fait sur la Suisse, les entreprises et les employeurs. Les gens qui commandent, ma foi, contribuent à diminuer le dommage économique de la Suisse, qu’on le veuille ou non.

Dans le monde anxiogène dans lequel on vit, vouloir culpabiliser les uns et les autres n’est pas la meilleure des idées !

21h00, je reçois le sms d’une collègue qui m’annonce avoir tous les symptômes et ne pas venir au bureau demain. Nous partageons le même bureau paysagé et la même photocopieuse/imprimante… Andreia reste zen !

Lundi 30 mars 2020 – 15ème jour de confinement
Le vent souffle sur les plaines de la Bretagne armoricaine fort ce matin et il a soufflé comme ça toute la nuit, tapant sur les stores et faisant un bruit d’enfer qui m’a empêché de dormir.
Peut-être que le retour du froid incitera certains à rester chez eux.

Ce matin je suis inquiète pour la suite et je pense à la planète qui ne peut souffler qu’un instant et qui sera à nouveau malmenée mais en 10 fois pire qu’avant, dès que tout ça sera passé.

Ce matin je suis fâchée contre tous ces petits grands de ce monde qui ne se coordonnent pas, qui jouent à celui qui a le zizi le plus grand et qui balancent des conneries plus grosses les unes des autres sans se concerter un minimum en amont. Beaucoup d’entre eux sont incapables et nous mettent en danger en prenant les mauvaise décisions tardivement.

Prenez soin de vous et RESTEZ CHEZ VOUS !

2 commentaires sur « Covid-19 – Confinement suite »

  1. Merci pour ce partage malheureusement criant de vérité.
    Je te souhaite beaucoup de courage pour affronter ton travail jour après jour.

    J'aime

  2. Haaaa Manau !!!!
    Rien à dire de plus. Je suis tétanisée la moitié de la journée et panique le reste du temps. Chéri travaille et chaque soir on reçoit un nouveau texto collègue qui est malade.

    J'aime

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s