[Film] The shape of water à la télé

Ou plutôt « help me escape from there ».

Film oscarisé à quatre reprises, réalisé par Guillermo Del Toro, ou comment mixer plusieurs films afin d’en faire un quasi-navet.

Vous prenez un morceau de La Belle et la Bête, un soupçon d’Amélie Poulain et des scènes de plein d’autres films de Caro et Jeunet et vous obtenez The Shape of Water.

L’histoire est simple, il y une gentille concierge muette jouée par Sally Hawkins, un méchant sous exploité et totalement grotesque interprété par Michael Shannon et une créature mi-lézard mi-poisson mi-je-ne-sais-quoi qui marche sur deux jambes et doté de pouvoirs magiques joué par Doug Jones.

Vous avez deviné, la gentille va aider la créature à s’échapper des griffes du méchant.
Pas besoin de vous expliquer le dénouement, vous avez toutes et tous compris la conclusion.

Bien que la première moitié de ce film ne soit pas franchement désagréable, la seconde moitié devient aussi prévisible que fade. De plus, on a réellement l’impression que le dénouement a été bâclé, la faute à un scénario à court d’inspiration.

Dommage, c’est plutôt bien filmé mais on aurait préféré un cinéma de métaphores en lieu et place d’un gros ratage destiné à la piste aux étoiles hollywoodiennes qui exclut toute forme de poésie.

On retiendra quand-même le jeu de Sally Hawkins (grande comédienne, notamment connue des tous petits pour être la  « maman » de Paddington au cinéma) qui est plutôt bon mais dans un rôle qui n’exploite pas la force du personnage. Et c’est tout ce qu’il y a à en un retirer.

Ce film se voulait une fable poétique et au final on atteint un sommet de mièvrerie et moralisateur.

1 commentaire

  1. Oh là là, c’est pas gentil de descendre comme ça un film! Je suis d’accord sur beaucoup de points, mais je l’ai vu dans l’avion en allant à New York et je me suis laissée emportée par la magie de cette histoire. Je ne crois pas qu’il faille la prendre au premier degré, c’est une fable, un conte, un exercice de style certes très inspiré de l’univers Caro & Jeunet, mais perso j’ai vraiment adoré l’esthétique rétro et l’aspect dramatique d’un amour impossible entre deux créatures venues de deux univers incompatibles…. sans dévoiler la fin!

    J'aime

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s