And Also The Trees – Burn Into the Waves

La venue de ce groupe à la salle de la Gravière à Genève le jeudi 20 octobre, me rappela au bon souvenir de ce très bon groupe anglais que j’ai eu la joie de découvrir en 1992 lors d’un concert à l’Usine, toujours à Genève et de les réentendre au Paléo festival de Nyon en 2004.

C’est donc avec un intérêt presque nostalgique, que je me rendis à la Gravière (salle parfaite pour de très bons concerts) pour écouter l’équipe des frères Jones jouer leur dernier album Burn Into the Waves (sorti en mars 2016) que je vais brièvement « critiquer » ci-dessous.

Disons-le d’emblée, les nostalgiques vont sans doutes un peu se perdre au fil de ce disque.
En effet, dès le premier titre « Your Guess » on ressent immédiatement l’influence des pays de l’est qui donne une note presque joyeuse à la mélancolie de ce groupe.
Sur « Hawksmoor and the Savage » (deuxième extrait), le Japon s’invite discrètement sur ce titre où la voix de Jones s’échappe à travers les nuages.
La noirceur laissant place à un timide arc en ciel. Les sublimes « Winter Sea » et  » Seasons and the Storm « sont littéralement portés par la mandoline.
« The Sleepers » (titre phare – me concernant –  et emblématique de l’album) nous renvoi aux tréfonds de notre âme avec une touche jazzy tout en douceur et désenchantement.
L’album se termine par le très bon « The Skeins of Love » dont la longueur du morceau (5:45) n’entrave pas le plaisir que l’écoute de cet opus nous procure.

Les fans de la première heure ne s’y retrouveront pas forcément, exit les titres avec changements rageurs de rythme et épileptiques de la voix de Simon Huw Jones. Mais on notera une évolution (si, si, même après plus de 35 ans de carrière) de diverses influences musicales tout en discrétion.

aatt

Pour ma part cet album n’est pas indispensable, car finalement ce groupe tant sous-estimé en Angleterre (trop anglais pour les anglais, dixit le regretté John Peel) mais presque adulé sur le continent, n’a pas besoin de prouver quoique ce soit.
On retiendra surtout le morceau « The Sleepers » qui à lui seul mérite une écoute répétée à l’infini.

Pour découvrir ce groupe si cela était encore possible, je ne peux que recommander le « Boxed Set  » sorti en 1990. Malheureusement pour les plus jeunes ce ne sont que des singles maxi 45 tours. Uniquement des chefs d’œuvre… de loin pas en péril.

L’amoureux aime.

Merci pour votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s